Les garanties en cas de prêt de son véhicule

Il est fréquent pour les automobilistes de prêter leur voiture à un proche afin qu’il fasse une course ou pour dépanner ce dernier. Le propriétaire du véhicule ayant souscrit à une assurance auto, que se passe t-il donc lorsqu’un sinistre survient et que le conducteur n’est pas l’assuré lui-même. Les conséquences peuvent varier en fonction du fait qu’il s’agisse d’un prêt conducteur occasionnel ou d’un prêt régulier. Voyons ce qu’il advient des garanties en cas de prêt de véhicules et donc quelles garanties choisir lors de prêt régulier du véhicule.

Lorsque vous souscrivez à votre contrat d’assurance auto, certaines compagnies d’assurance ont une clause prêt de volant qui vous autorise à prêter votre véhicule de manière très occasionnelle à un de vos proches qui bien-sûr possède un permis de conduire en cours de validité. Par contre, certaines assurances ont une clause de restriction qui ne vous autorise pas à prêter votre véhicule à d’autres personnes donc à tout conducteur occasionnel. En effet, avec cette dernière clause, vous êtes la seule personne autorisée à conduire votre voiture.

Ce qui en toute logique, signifie qu’en cas de sinistres lors de prêt de voiture, vous ne serez pas indemnisé. Le cas est le même si vous n’avez que la garantie responsabilité civile car comme vous le savez sûrement, elle couvre les dégâts que vous auriez occasionné chez les autres automobilistes. Pour en revenir au cas de la clause de prêt de volant, la prise en charge des dégâts subis par le conducteur occasionnel ou la voiture dépendront de chacun des points de la clause en fonction de la politique de votre assureur.

Si vous savez que vous serez amené à un moment ou à un autre à prêter régulièrement votre véhicule à un de vos proches, il serait donc plus judicieux de l’inscrire comme conducteur secondaire. Cette option n’augmentera pas votre prime sauf s’il s’agit d’un jeune conducteur. Concernant vos coefficients malus, chacun de vous aura le sien.

A propos de suroto.org